Voilà une lecture qui sort de l'ordinaire. Oui, de temps en temps, ça fait du bien de lire un classique (et c'était drôle de voir la tête de mes collègues quand ils ont vu que je lisais ça dans le train). 

dorian

4ème de couverture : Par la magie d'un voeu, Dorian Gray conserve la grâce et la beauté de la jeunesse. Seul son portrait vieillira. Le jeune dandy s'adonne alors à toutes les expériences, s'énivre de sansations et recherche les plaisirs secrets et raffinés. "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais", "il faut guérir l'âme par les sens, guérir les sens par l'âme". 

Oscar Wilde voulut libérer l'homme en lui donnant comme modèle l'artiste. Pour se réaliser, il doit rechercher le plaisir et la beauté, sous toutes ses formes, bien ou mal. L'art n'a rien à voir avec la morale. Dans une langue raffinée, l'auteur remet en question la société, le mariage, la morale et l'art. Ses propos sont incisifs et humoristiques. Ce livre scandalisa l'Angleterre victorienne, Oscar Wilde fut mis en prison pour avoir vécu ce qu'il écrivait. 

Ce roman à fait scandale à son époque. Je m'attendais donc à une lecture sulfureuse et pleine de piquant. Et c'est là que les mœurs ont drôlement évolué depuis le XIXème siècle. 

Le jeune Dorian Gray est réputé pour multiplier les plaisirs. Finalement, il n'y a rien de scandalisant du tout dans ce livre car les fameux plaisirs ne sont jamais décrits mais juste évoqués. 

Je n'ai pas non plus aimé les descriptions et énumérations qui sont longues et pas toujours utiles. Cela tient parfois plus de l'exercice de style que de la valeur ajoutée. Au final, je dirai que je suis contente d'avoir lu un classique mais que j'ai été plutôt déçue de ma lecture. Cet ouvrage doit cependant être intéressant à travailler avec un professeur de français qui saura en faire une étude littéraire. 

284 pages