Encore une lecture du début du mois... A force de le voir sur les divers blogs, j'ai embarqué ce livre lors de ma dernière virée shopping et, entre deux lectures sur le handicap, j'ai profité de son histoire originale.

511Jhx0NYaL__SL500_AA300_4ème de couverture : Ils n'ont qu'une addiction : le sang. Mais depuis plus de vingt ans, ils ont décidé de renoncer à leur péché mignon et de se désintoxiquer. Pas facile d'être un vampire urbain au XXIème siècle !
Dans une banlieue british tout ce qu'il y a de plus respectable, les Radley essayent désespérément de se comporter comme ''des gens normaux''. Mais des vampires de souche peuvent-ils définitivement refouler leurs désirs et leurs instincts ? Pas sûr...

Des vampires qui vivent Paris les humains, après Twilight et True Blood, ce n'est plus si original. Les vampires font en fait, de moins en moins peur, on est ici très très loin de Dracula.

La famille Radley est une famille d'abstinents, c'est à dire qu'ils ont fait le choix de ne plus boire de sang du tout et de se contenter d'une alimentation humaine normale (mais très carnivore tout de même). Les deux enfants sont absolument ignorants de leur condition de vampire, et c'est ce qui fait l'originalité de ce texte. Leur vie est bien réglée jusqu'à ce qu'un accident fasse tout basculer. Et là, cela va tout précipiter : l'arrivée de l'oncle vampire décadent, l'intervention des forces de l'ordre, ... mais on n'oublie pas les amours des uns et des autres et la vie de deux jeunes adolescents perturbés par leur nouveau statut.

L'action se déroule sur trois jours et est vécue selon le point de vue des différents personnages, ce qui en fait un récit très vivant et très agréable à lire. Ce livre est un très bon divertissement.

492 pages