Fini avec les vampires, il est temps d'arrêter des relectures de se plonger de nouveau dans sa PAL sinon je ne suis pas prête de pouvoir acheter de nouveaux livres (et beaucoup me font envie)... Tentée par George, et en accord avec une envie que j'avais depuis un moment, je me lance dans la lecture d'un classique par mois, challenge lancée par Cécile. Et j'ai choisi pour commencer un "classique" plutôt récent : L'alchimiste de Paulo Coelho, dont j'avais beaucoup entendu parlé sans vraiment savoir ce dont il était question. Je l'ai trouvé en farfouillant dans la bibliothèque parentale et il a donc fini dans ma PAL.

416JN1Z9HSL4ème de couverture : Pour des millions de lecteurs dansle monde, ce livre a été une révélation : la clef d'une quête spirituelle que chacun de nous peut entreprendre, l'invitation à suivre son rêve pour y trouver sa vérité.

L'histoire est celle de Santiago, jeune berger andalou parti à la recherche d'un trésor enfoui au pied des pyramides. Dans le désert, initié par l'alchimiste, il apprendra à écouter son coeur et à déchiffrer les signes du destin.

Une petite lecture assez rapide qui ne m'a pris que deux heures, un dimanche après-midi. Un petit conte philosophique et initiatique que j'ai plutôt apprécié. Il est dit qu'il est souvent comparé au Petit Prince de St Exupéry,moins j'ai plutôt pensé à Zadig de Voltaire...

Le jeune berger de l'histoire est poussé par le Destin à partir en quête d'un trésor. Il aura alors le courage de changer de vie pour partir en quête de sa Légende Personnelle dans un voyage qui le mènera de l'Andalousie jusqu'aux Pyramides d'Egypte. Ce voyage est plutôt une quête initiatique à travers laquelle le jeune homme va rencontrer des gens qui vont le mettre sur la bonne voie et lui permettront de suivre les signes et d'apprendre à écouter son coeur.

Une citation que j'ai beaucoup aimée : "C'est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante" (p. 26). Ce conte nous ouvre les yeux sur les merveilles de la Vie et nous encourage à mener notre propre quête, un peu comme dans l'Homme qui voulait être heureux.

classique-final2

 

 

 

 

 

1/12

188 pages